L’utilisateur n’est pas stupide

Il y a une certaine mentalité en informatique qui veut que le blâme soit souvent mis sur l’utilisateur lorsqu’il y a un problème. On reproche à l’utilisateur typique de ne pas connaître l’outil avec lequel il travaille ou d’être ignorant, mais en fait, c’est nous qu’il faut blâmer. La technologie est d’une complexité impressionnante, et l’utilisateur se retrouve souvent laissé derrière lors de la conception de systèmes informatiques.

Voici une petite mise en situation: Joe veut visionner un vidéo sur YouTube avec son ordinateur tout neuf. À la première ouverture, son navigateur lui propose de sélectionner son moteur de recherche, d’activer les raccourcis, etc. Après s’être confondu entre la barre de recherche et la barre d’adresse, il se trouve sur YouTube et choisit son vidéo. Il lui manque Adobe Flash Player 10 ou supérieur, alors il clique sur le lien de YouTube, et on lui offre de le télécharger. Télécharger ou exécuter? Dans quel dossier? Voulez-vous vraiment exécuter ce fichier? Cet exécutable n’est pas signé, en êtes-vous certain? Confirmez que vous êtes administrateur pour continuer. Voulez-vous envoyer des informations d’utilisation à Adobe?

Cet exemple n’est pas le plus commun, mais même avec les tâches quotidiennes, c’est toujours aussi complexe. Joe pourrait vouloir changer sa signature dans Outlook ou ouvrir un diaporama PowerPoint, et c’est sans parler de tous les dialogues: voulez-vous mettre à jour Adobe Reader (c’est quoi ça?) ou effectuer une sauvegarde automatique? Si ma voiture m’en demandait autant, je marcherais plus souvent!

Laisser un commentaire